Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 09:42

Conférence - Concert

 

Par le Père Jean-Louis Balsa et l’Association Accrorgue

 

    Le Vendredi 9 décembre 2011 de 20:30 à 22:30

 Jean-Sébastien Bach  : Conférence - Concert

        Lieu : Eglise Saint Paul

        Adresse : 28, av. de Pessicart. 06100 Nice 

La forme même de la musique de Jean-Sébastien Bach dit quelque chose du mystère de Dieu et du mystère de l’Homme. Elle n’est pas seulement sacrée ou religieuse, c’est une musique vraiment chrétienne. 

Pendant la conférence du Père Jean-Louis Balsa, des musiciens interpréteront quelques œuvres de Jean-Sébastien Bach pour illustrer le propos.

  Participation : 5 €

Repost 0
Published by mc - dans ACTUALITES
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 08:44
 

  "CITE DU VATICAN, 19 NOV 2011 (VIS). Peu avant 9 h, Benoît XVI a gagné le palais présidentiel où le chef de l'Etat, M.Thomas Yayi Boni l'a accueilli. Devant le gouvernement, les corps constitué, le corps diplomatique et les représentants religieux du pays, il a prononcé le discours"........

dont  j'ai extrait ce court passage; je vous invite à aller sur le site du VIS-  lien à la fin de l'article- afin de lire le compte rendu exhaustif du voyage du Pape au Bénin.

     

"Il est aussi bon de savoir qu’on ne dialogue pas par faiblesse, mais qu’on dialogue parce que l’on croit en Dieu. Dialoguer est une manière supplémentaire d’aimer Dieu et son prochain sans abdiquer ce que l’on est.

  Avoir de l’espérance, ce n’est pas être ingénu, mais c’est poser un acte de foi en un avenir meilleur.

L’Eglise catholique met ainsi en œuvre l’une des intuitions du concile Vatican II, celle de favoriser les relations amicales entre elle et les membres de religions non-chrétiennes... Je salue tous les responsables religieux qui ont eu l’amabilité de venir ici me rencontrer. Je veux les assurer, ainsi que ceux des autres pays africains, que le dialogue offert par l’Église catholique vient du cœur.

Je les encourage à promouvoir, surtout parmi les jeunes, une pédagogie du dialogue, afin qu’ils découvrent que la conscience de chacun est un sanctuaire à respecter, et que la dimension spirituelle construit la fraternité... Pour finir, je voudrais utiliser l’image de la main. Cinq doigts la composent, et ils sont bien différents. Chacun d’eux pourtant est essentiel, et leur unité forme la main. La bonne entente entre les cultures, la considération non condescendante des unes pour les autres, et le respect des droits de chacune sont un devoir vital. Il faut l’enseigner à tous les fidèles des diverses religions. La haine est un échec, l’indifférence une impasse, et le dialogue une ouverture! N’est-ce pas là un beau terrain où seront semées des graines d’espérance? Tendre la main signifie espérer pour arriver, dans un second temps, à aimer... A côté du cœur et de l’intelligence, la main peut devenir, elle aussi, un instrument du dialogue. Elle peut faire fleurir l’espérance, surtout lorsque l’intelligence balbutie et que le cœur trébuche... Avoir peur, douter et craindre, s’installer dans le présent sans Dieu, ou encore n’avoir rien à attendre, sont autant d’attitudes étrangères à la foi chrétienne et, je crois, à toute autre croyance en Dieu... A la suite de Pierre, dont je suis le successeur, je souhaite que votre foi et votre espérance soient en Dieu. C’est le vœu que je formule pour l’Afrique tout entière qui m’est si chère. Aie confiance, Afrique, et lève toi, le Seigneur t’appelle!". Ensuite, le Saint-Père a eu un entretien privé avec le Président béninois, puis a signé le livre d'or de la présidence.

PV-BENIN/                                                                                                        VIS 20111119 (1400)

 

Pour d'autres informations consulter:  http://www.visnews.org

Repost 0
Published by mc - dans ACTUALITES
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 13:46

Sources: Diocèse de Nice

 

1er festival du Vivre Ensemble à Cannes

Actualité mise en ligne le 14 novembre 2011
Reportage Mélanie Raynal

 

" Pari réussi pour la première édition du festival Vivre Ensemble qui a rassemblé plus de 900 personnes à Cannes, dimanche 13 novembre 2011.
Catholiques, protestants, musulmans, soufies, juifs, bouddhistes, main dans la main, ont cheminé sur la croisette pour affirmer qu'un vivre ensemble est possible.

Au lendemain du G20 et dans le cadre du dialogue intercommunautaire et interreligieux, marqué cette année par le 25e anniversaire des rencontres d’Assise, ce festival, pas comme les autres, a rassemblé les différentes communautés religieuses de Cannes et de sa région pour marquer leur volonté de partager les valeurs de respect et de fraternité auxquelles elles aspirent. "

 

Le reportage complet et les photos en cliquant sur le lien suivant : link

Repost 0
Published by mc - dans ACTUALITES
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 09:20

13novembre

Repost 0
Published by mc - dans ACTUALITES
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 16:23

 

(Sources: site du diocèse de Nice)

 

Dimanche 23 octobre, Mgr Louis Sankalé, évêque de Nice, a inauguré l'exposition à Cannes, en lien avec le G20.

 

 

Exposition sur la doctrine sociale de l'Eglise

Actualité mise en ligne le 28 octobre 2011
Photos : Claudie Strugen

A Notre Dame de Bon Voyage à Cannes

 

UNE EXPOSITION EN MARGE DU G20 : L'EGLISE ENGAGEE DANS LE MONDE

 

Dimanche 23 octobre 2011, Mgr Louis Sankalé s'est rendu à Cannes pour l'inauguration d'une exposition sur la doctrine sociale de l'Eglise, en marge du G20 prévu dans cette ville les 3 et 4 novembre.

Cette exposition restera ouverte au public jusqu'au 15 novembre. Elle est l'oeuvre de la délégation 06 du CCFD-Terre Solidaire, ainsi que le rappela Mgr Jean Gautheron, curé de la paroisse Saint-Nicolas à Cannes, lors de son mot d'accueil.

Voici quelques photos de cet événement sur le site du Diocèse de Nice:  link

 

 

 

 

Repost 0
Published by mc - dans ACTUALITES
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 18:23

"Les églises d'Orient, richesses et défis" Colloque à Monaco

Du 20 au 23 octobre, Mgr Marcuzzo, évêque auxiliaire de Nazareth, s’est rendu à Monaco pour participer à un colloque sur le thème "Les églises d’Orient : richesses et défi » organisé conjointement par la Cathédrale, l’Association des Amis de la Cathédrale et l’œuvre d’Orient-Monaco.

C’est dans le cadre des célébrations du Centenaire de la Consécration de la Cathédrale de Monaco, que le colloque sur le thème « Les églises d’Orient : richesses et défis » a été organisé dans la salle de conférence du Musée océanographique de Monaco. L’objectif de ce premier colloque, destiné à devenir bisannuel, est de mieux faire connaître l’existence des églises d’Orient dans la diversité de leurs traditions et de leur vie ecclésiale.

Durant ces trois journées de réflexion, de dialogues et d’échanges, quatorze spécialistes* provenant de différents pays et de confessions arménienne, orthodoxe, musulmane ou encore catholique sont intervenus. Les thèmes abordés permettaient de mieux apprécier à la fois la richesse de l’histoire de la présence chrétienne et les défis rencontrés par ces églises dans leur vie quotidienne. Tout au long de ces journées, l’évêque du lieu, Mgr Barsi, était présent.

Le colloque a été ouvert vendredi 20 octobre à 14h30 par le curé de la Cathédrale de Monaco, le Père Philippe Blanc. S’en est suivi la première intervention, celle de Mgr Marcuzzo, évêque auxiliaire de Nazareth, qui portait sur « L’Eglise Mère de Jérusalem, là où tous nous sommes nés, dans la Bible et l’actualité ». Le soir, le Ministre d’Etat de la principauté de Monaco, Michel Roger, a offert aux participants une réception officielle à l’Hôtel du Gouvernement, et a prononcé un discours de bienvenu très chaleureux : « dans la Principauté de Monaco la religion catholique est officiellement la religion d’Etat. En même temps nous sommes très ouverts à toutes les expressions religieuses, nous accueillons diverses communautés religieuses et une profonde harmonie et une totale liberté religieuses règnent dans notre Principauté». La Cathédrale de Monaco avait ensuite organisé un concert, l’Oratorio Marie Madeleine de Jules Massenet.

La journée de samedi était organisée autour de neuf interventions*, ponctuées de temps de débats et de prières. Le matin, Mohammet Samak, conseiller politique du Mufti de la République du Liban, et secrétaire Général du Comité de Dialogue Islamo-Chrétien est intervenu sur « la nécessité de la présence chrétienne en Orient ». Il a expliqué dans son exposé combien le Moyen-Orient a besoin des chrétiens ; « Non seulement, dit-il, l’Islam doit tolérer les chrétiens mais il doit aussi les accueillir car c’est l’exigence même du Coran. Le christianisme a été fondé avant l’Islam rappelle-t-il, et à ce titre, il n’y aurait pas d’Islam s’il n’y avait pas le christianisme. Dans le contexte actuel de fragilités géopolitiques les musulmans ont besoin de la présence et de la doctrine des chrétiens ». En fin d’après-midi, Marc Fromager, président de l’Aide à l'Eglise en Detresse a, à travers son exposé franc et lucide « les chrétiens d’Orient vont-ils disparaître ? » lancé un « grand appel à ne pas oublier nos frères d’Orient ».

Dimanche, Mgr Marcuzzo, avec Mgr Michel Abrass, archevêque titulaire de Myre des Grecs-Melkites, a présidé la messe dominicale à la cathédrale. Dans son homélie l’évêque de Nazareth a insisté sur le devoir missionnaire de l’Eglise et plus précisement sur celui de l’église d’Occident envers les églises d’Orient qui souffrent de leur contexte de difficultés économiques, politiques mais aussi du manque de liberté. L’après midi, les participants qui le souhaitaient ont été invités à visiter le sanctuaire de Notre-Dame du Laghet, lieu de pèlerinage des ducs de Savoie, aujourd’hui géré par les bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre.

Ces journées, précise Mgr Marcuzzo, « ont permis d’aborder de nombreux sujets spécifiques comme les églises éthiopiennes, russes, le dialogue avec l’islam, la théologie de l’icône... Tous les intervenants étaient chacun spécialiste de son église, et tous de grandes qualités. Les interventions étaient très interessantes, d’un haut niveau. »

Des Chevaliers de l’Ordre du St Sépulcre de la lieutenance de Monaco, qui ont a cœur de soutenir spirituellement et financièrement la Terre sainte, ont également participé à ce colloque. Mgr Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, a, depuis Rome, envoyé un message à destination des participants du colloque dans lequel il se félicitait de cette initiative de dialogue, qui est, selon lui, un bel exemple concret donné par un diocèse d’Occident pour chercher à aider avec lucidité les églises d’Orient.

Amélie de La Hougue

* Participants et interventions

S. Exc. Mgr Giacinto-Boulos MARCUZZO, évêque titulaire d’Emmaüs, évêque auxiliaire du Patriarcat latin de Jérusalem et vicaire patriarcal pour Israël : L’Eglise-mère de Jérusalem : « en elle tout homme est né »

S. Exc. Mgr Michel ABRASS, B.A., archevêque titulaire de Myre des Grecs-Melkites : Défis et richesses de l’Eglise Melkite

Révérend Père Antranik ATAMIAN, curé de la paroisse arménienne catholique de Lyon, représentant S.B. le Catholicos Patriarche de Cilicie des Arméniens, Nersès Bedros XIX: Le Patriarcat arménien, challenges et défis

Hiéromoine Alexandre SINIAKOV, recteur du Séminaire Orthodoxe Russe en France : Le rôle de la mémoire des martyrs de la foi au XXe siècle pour la nouvelle évangélisation de la Russie

Père Pascal GOLLNISCH, directeur Général de l’Œuvre d’Orient (France) : Une communion nécessaire avec les chrétiens d’Orient

Père Philippe BLANC, curé de la Cathédrale de Monaco : « Eglise de gloire… en elle brille à jamais la lumière de l’Agneau »

Père Pierre DUMOULIN, professeur à l’Institut de Théologie de Tbilissi (Géorgie) : Témoignage sur l’Eglise de Géorgie

Mohammad SAMMAK, conseiller politique du Mufti de la République du Liban, Secrétaire Général du Comité de Dialogue Islamo-Chrétien, Secrétaire Général du Sommet spirituel islamique : La nécessité de la présence chrétienne en Orient

Sœur Daniella HARROUK, supérieure Générale de la Congrégation des Sœurs des Saints-Cœurs (Liban) : L’éducation au service du dialogue et de la paix

Sœur Haregeweine Kuru SABA, religieuse éthiopienne, étudiante à l’Institut Catholique de Paris :L’Eglise d’Ethiopie : une histoire, un pays, une culture

Prof. Antoine ARJAKOVSKY, directeur de l’Institut d’Etudes Œcuméniques à Lviv (Ukraine) : Olivier Clément, une pensée et un témoignage au service de l’unité

Prof. Joseph ALICHORAN Professeur à l’Institut des Langues Orientales (Paris) : Une Eglise de martyrs

Prof. Michel STAVROU, professeur à l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge (Paris) et à l’Institut Supérieur d’Etudes Œcuméniques (Institut Catholique – Paris) : Le mystère de la personne à la lumière de la théologie orthodoxe du XXe siècle

Jean-Baptiste GARRIGOU, directeur de l’Atelier Saint-Jean Damascène (Saint-Jean-en-Royans) : Lecture de l’icône de la Trinité de Roublev comme vision prophétique de l’Unité

Marc FROMAGER, directeur National Aide à l’Eglise en Détresse (France) : Les chrétiens d’Orient vont-ils disparaître ?

 

SOURCES: Patriarcat Latin de Jérusalem

Repost 0
Published by mc - dans ACTUALITES
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 09:52


Réunis toute la journée du jeudi 27 octobre à Assise à l'invitation de Benoît XVI, près de 300 représentants de toutes les religions, sagesses et traditions, ont renouvelé leur engagement pour la paix et le dialogue.

 

 

RELIGION CONTRE VIOLENCE

 

CITE DU VATICAN, 27 OCT 2011 (VIS). Pour le 25 anniversaire de la rencontre historique inter-religieuse d'Assise (Italie) voulue par Jean-Paul II, Benoît XVI a invité dans la ville de saint François les représentants des confessions chrétiennes et des autres religions ou courants de pensée, pour une journée de réflexion, de dialogue et de prière pour la justice et la paix dans le monde.

Après près de deux heures de train, depuis la gare du Vatican, le Pape et les délégations sont arrivés à Assise à 9 h 45', accueillis devant la Basilique Notre Dame des Anges par les diverses autorités locales et une foule qui a suivi ensuite la cérémonie sur des écrans géants.

Après l'introduction du Cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson Président du Conseil pontifical Iustitia et Pax, une vidéo commémorative de la Rencontre de 1986 a été projetée. Ont ensuite pris la parole les représentants des diverses délégations:

Le Patriarche oecuménique de Constantinople Barthélémy I, L'Archevêque Primat de la Communion anglicane Rowan Douglas Williams, l'Archevêque du diocèse de France de l'Eglise apostolique arménienne Norvan Zakarian, le Secrétaire Général du Conseil oecuménique des Eglises M.Olav Fykse Tveit, le Rabbin David Rosen, Représentant du Grand Rabbinat d'Israël, le Porte Parole de la religion Yoruba, M.Wande Abimbola, le Représentant de l'hindouisme, M.Acharya Shri Shrivatsa Goswami, le Président de l'ordre Jogye (bouddhisme coréen), Ja-Seung, le Secrétaire Général de la Conférence internationale des écoles islamiques, Kyai Haji Hasyim Muzadi, et Mme Julia Kristeva, représentant les non croyants.

 

  Après quoi, le Saint-Père a prononcé le discours dont voici de larges extraits:

"Vingt-cinq années se sont écoulées depuis que le bienheureux Jean-Paul II a invité pour la première fois des représentants des religions du monde à Assise pour une prière pour la paix. Que s'est-il passé depuis? Où en est aujourd'hui la cause de la paix? Alors la grande menace pour la paix dans le monde venait de la division de la planète en deux blocs s'opposant entre eux. Le symbole visible de cette division était le Mur de Berlin qui, passant au milieu de la ville, traçait la frontière entre deux mondes. En 1989, trois années après Assise, ce mur est tombé, sans effusion de sang... A côté de facteurs économiques et politiques, la cause la plus profonde de cet événement était de caractère spirituel. Derrière le pouvoir matériel il n'y avait plus aucune conviction spirituelle... Nous sommes reconnaissants pour cette victoire de la liberté, qui fut aussi surtout une victoire de la paix. Et il faut ajouter que dans ce contexte il ne s'agissait pas seulement, et peut-être pas non plus en premier lieu, de la liberté de croire, mais il s'agissait aussi d'elle. Pour cette raison nous pouvons relier tout cela de quelque façon aussi à la prière pour la paix".

 

  "Toujours potentiellement présente, la violence caractérise notre monde. La liberté est un grand bien. Mais le monde de la liberté s'est révélé en grande partie sans orientation, et même elle est mal comprise par beaucoup comme liberté pour la violence. La dissension prend de nouveaux et effrayants visages et la lutte pour la paix doit tous nous stimuler de façon nouvelle... A grands traits on peut identifier deux typologies différentes de nouvelles formes de violence qui sont diamétralement opposées dans leur motivation et qui manifestent ensuite dans les détails de nombreuses variantes. Tout d'abord il y a le terrorisme dans lequel, à la place d'une grande guerre, se trouvent des attaques bien ciblées qui doivent toucher l'adversaire dans des points importants de façon destructrice, sans aucun égard pour les vies humaines innocentes qui sont ainsi cruellement tuées ou blessées. Aux yeux des responsables, la grande cause de la volonté de nuire à l'ennemi justifie toute forme de cruauté. Tout ce qui dans le droit international était communément reconnu et sanctionné comme limite à la violence est mis hors jeu. Nous savons que souvent le terrorisme est motivé religieusement et que le caractère religieux des attaques sert de  justification pour la cruauté impitoyable... Ici la religion n'est pas au service de la paix, mais de la justification de la violence. Qu'en ce cas la religion motive de fait la violence est une chose qui, en tant que personnes religieuses, doit nous préoccuper profondément. D'une façon plus subtile, mais toujours cruelle, nous voyons la religion comme cause de violence même là où la violence est exercée par des défenseurs d'une religion contre les autres. Les représentants des religions participants en 1986 à Assise entendaient dire que ce n'est pas la vraie nature de la religion. C'est au contraire son travestissement, qui contribue à sa destruction. Et nous le répétons aujourd'hui avec force et grande fermeté... Comme chrétien, je voudrais dire ceci: Oui, dans l'histoire on a eu recours à la violence au nom de la foi chrétienne. Nous le reconnaissons, remplis de honte. Mais il est absolument clair que ceci a été une utilisation abusive de la foi chrétienne, en évidente opposition avec sa vraie nature. Le Dieu dans lequel nous chrétiens nous croyons est le Créateur et Père de tous les hommes, à partir duquel toutes les personnes sont frères et sœurs entre elles et constituent une unique famille. La Croix du Christ est pour nous le signe de Dieu qui, à la place de la violence, pose le fait de souffrir avec l'autre et d'aimer avec l'autre... C'est la tâche de tous ceux qui portent une responsabilité pour la foi chrétienne, de purifier continuellement la religion des chrétiens à partir de son centre intérieur afin que, malgré la faiblesse de l'homme, elle soit vraiment un instrument de la paix de Dieu dans le monde".  

 

  "Si une typologie fondamentale de violence est aujourd'hui motivée religieusement, mettant ainsi les religions face à la question de leur nature et nous contraignant tous à une purification, une seconde typologie de violence, à l'aspect multiforme, a une motivation exactement opposée. C'est la conséquence de l'absence de Dieu, de sa négation et de la perte d'humanité qui va de pair avec cela. Les ennemis de la religion voient en elle une source première de violence dans l'histoire de l'humanité et exigent alors la disparition de la religion. Mais ce non à Dieu a produit de la cruauté et une violence sans mesure, qui a été possible seulement parce que l'homme ne reconnaissait plus aucune norme et aucun juge au dessus de lui, mais il se prenait lui même seulement comme norme. Les horreurs des camps d'extermination montrent en toute clarté les conséquences de l'absence de Dieu. Je voudrais plutôt parler de la décadence de l'homme dont la conséquence est la réalisation, d'une manière silencieuse et donc plus dangereuse, d'un changement du climat spirituel. L'adoration de l'argent, de l'avoir et du pouvoir, se révèle être une contre-religion, dans laquelle l'homme ne compte plus, mais seulement l'intérêt personnel. Le désir de bonheur dégénère, par exemple, dans une avidité effrénée et inhumaine qui se manifeste dans la domination de la drogue sous ses diverses formes".

 

  Si on n'y prend gare, "la violence devient un fait normal qui menace de détruire dans certaines régions du monde notre jeunesse. Puisque la violence devient une chose normale, la paix est détruite et dans ce manque de paix l'homme se détruit lui même. A côté des deux réalités de religion et d'anti-religion, il existe aussi, dans le monde en expansion de l'agnosticisme, une autre orientation de fond. Il s'agit de personnes auxquelles n'a pas été offert le don de pouvoir croire et qui, toutefois, cherchent la vérité, sont à la recherche de Dieu. Des personnes de ce genre n'affirment pas simplement: Il n'existe aucun Dieu. Elles souffrent à cause de son absence et, cherchant ce qui est vrai et bon, elles sont intérieurement en marche vers lui. Elles sont elles aussi des pèlerins de la vérité, des pèlerins de la paix, qui posent des questions aussi bien à l'une qu'à l'autre partie. Ces personnes ôtent ainsi aux athées militants leur fausse certitude... Mais elles mettent aussi en cause les adeptes des religions, pour qu'ils ne considèrent pas Dieu comme une propriété qui leur appartient, si bien qu'ils se sentent autorisés à la violence envers les autres. Ces personnes cherchent la vérité, elles cherchent le vrai Dieu, dont l'image dans les religions, à cause de la façon dont elles sont souvent pratiquées, est fréquemment cachée. Qu'elles ne réussissent pas à trouver Dieu dépend aussi des croyants avec leur image réduite ou même déformée de Dieu. Ainsi, leur lutte intérieure et leur interrogation sont aussi un appel pour les croyants à purifier leur propre foi, afin que Dieu, le vrai Dieu, devienne accessible. C'est pourquoi, j'ai invité spécialement des représentants de ce troisième groupe à notre rencontre à Assise, qui ne réunit pas seulement des représentants d'institutions religieuses. Il s'agit plutôt de se retrouver ensemble dans cet être en marche vers la vérité, de s'engager résolument pour la dignité de l'homme et de servir ensemble la cause de la paix contre toute sorte de violence destructrice du droit... Et, en conclusion, je voudrais vous assurer que l'Eglise catholique ne renoncera pas à la lutte contre la violence, à son engagement pour la paix dans le monde. Nous tous sommes animés par le désir commun d'être des pèlerins de la vérité, des pèlerins de la paix".

 

  A la fin de la cérémonie à Notre Dame des Anges, le Pape a invité les délégations à visiter la chapelle de la Portioncule. Après un repas commun, les participants se rendront sur la Place St.François pour un temps de réflexion ou de prière en silence.

PV-ASSISE/         VIS 20111027 (1600) 

 


 

  Source:
VIS - Vatican Information Service.
www.visnews.org
Copyright © Vatican Information Service - 00120 Cité du Vatican

 

Lien vers le journal La Croix sur le sujet : link

Repost 0
Published by mc - dans ACTUALITES
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 13:50

 

 

Les membres de Maisons d'Evangile de St Antoine Ginestière vous invitent à une 1er réunion " reprise de contact autour d'un café"... et de quelques douceurs, le samedi 29 octobre à 14h30, à la salle paroissiale de St Antoine Ginestière.

Venez, poussez la porte!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paroisse Saint Vincent diacre, Diocèse de Nice, Doyenné de Nice-Ouest

Curé : Père Achille WOUAWAWE

mail: st.vincentlediacre@gmail.com

Tél Bureau: 04.93.86.52.47

Repost 0
Published by mc - dans ACTUALITES
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 15:09

 

mardi 18 octobre 2011

Fête de St Luc, évangéliste

Concile Vatican II
Constitution dogmatique sur la révélation « Dei Verbum », § 18-19

Le témoignage de saint Luc : « J'ai décidé, après m'être informé soigneusement de tout..., d'en écrire un exposé suivi » (Lc 1,3)

     " Parmi toutes les Écritures, même le Nouveau Testament, les évangiles l'emportent à juste titre, du fait qu'ils sont le témoignage principal sur la vie et l'enseignement du Verbe incarné, notre Sauveur.

Que les quatre évangiles aient une origine apostolique, l'Église partout et toujours l'a affirmé et l'affirme.

Ce que les apôtres ont prêché sur l'ordre du Christ, plus tard, eux-mêmes et des hommes apostoliques nous l'ont transmis, sous l'inspiration de l'Esprit divin, dans des écrits qui sont le fondement de notre foi, c'est-à-dire l'Évangile à quatre formes, selon Matthieu, Marc, Luc et Jean.

      De façon ferme et absolument constante, la sainte Mère Église a affirmé et affirme, que les quatre évangiles énumérés, dont elle atteste sans hésiter l'historicité, transmettent fidèlement ce que Jésus le Fils de Dieu, pendant qu'il vivait parmi les hommes, a réellement fait et enseigné en vue de leur salut éternel, jusqu'au jour où il fut enlevé au ciel (Ac 1,1-2).

Après l'Ascension du Seigneur, les apôtres ont transmis à leurs auditeurs ce que Jésus avait dit et fait, avec cette intelligence plus profonde dont ils jouissaient eux-mêmes, instruits qu'ils étaient par les événements glorieux du Christ et enseignés par la lumière de l'Esprit de vérité (Jn 14,26).

      Les auteurs sacrés ont composé les quatre évangiles, en triant certains détails entre beaucoup de ceux que la parole ou déjà l'écriture avait transmis, en en faisant entrer quelques-uns en une synthèse, ou en les exposant en tenant compte de l'état des églises, en gardant enfin la forme d'une proclamation, afin de pouvoir ainsi toujours nous communiquer des choses vraies et authentiques sur Jésus.

Ils les ont écrits dans cette intention, soit d'après leur propre mémoire, leurs propres souvenirs, soit d'après le témoignage de ceux « qui furent dès le début témoins oculaires et serviteurs de la Parole », afin que nous « connaissions la vérité des enseignements que nous avons reçus » (Lc 1,1-2)."


Sources: L'Evangile au Quotidien,
4 Quai KOCH - 67000 STRASBOURG - FRANCE
--------------------------------------------

Repost 0
Published by mc - dans ACTUALITES
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 17:08

 

Le « Dimanche du judaïsme », 2 octobre 2011, les catholiques sont invités à témoigner leur amitié à la communauté juive, à l'occasion des fêtes du Nouvel An juif ( Roch Hachana ) et du Jour du Grand Pardon ( Yom Kippour ).

 

Deux fêtes juives :

Nouvel an, la fête de Roch Hachana, début d'année 5572 ( du 28 septembre au soir au 30 septembre 2011) commémore la création de l'homme par Dieu pour être son partenaire. Elle ouvre un temps d'examen de sa vie et invite à une conversion. Ce jour-là, on sonne le Choffar (corne du bélier) pour appeler les hommes à l'éveil de la conscience.


Le Grand Pardon, Yom Kippour  (7 octobre au soir au 8 octobre 2011 à la tombée de la nuit ) est caractérisé par 25 heures de jeûne et de prières et scandé par cinq offices à la synagogue. Ce jour permet à l'homme d'obtenir le pardon de ses péchés contre Dieu et contre son prochain.

 

Comme chaque année, nous mettons en œuvre
dans notre diocèse le dimanche national
d’éveil et d’ouverture au Judaïsme.

 

 

Un Eveil

Nous sommes invités par les Évêque de France à nous éveiller à la connaissance du Judaïsme. Celle-ci contribue à approfondir notre foi chrétienne à sa racine.

Ainsi, Jésus a vécu et célébré les fêtes du Jour de l’An (Rosh Hashanah : 29 septembre), fête du don de la Torah au peuple d’Israël, et celle du Jour des Expiations (Yom Kippour : 8 octobre), fête du Grand Pardon.

 

Une Ouverture

C’est donc dans cette période où le peuple Juif s’efforce à la conversion (teshouva), dans le jeûne et la prière, que l’Église catholique entend lui manifester son amitié et ses vœux. À quoi servirait en effet la seule connaissance, sans l’ouverture au dialogue avec les Juifs, en allant à leur rencontre ? Le Judaïsme est une réalité vivante au milieu de nous, non pas seulement la religion aînée du christianisme mais aussi une foi vécue par des hommes et des femmes qui sont nos proches.

Le son du Shoffar résonne dans les synagogues
les jours du Nouvel An et du Grand Pardon

En ce sens, deux intentions de prière peuvent être ajoutées à la Prière Universelle des samedis 1er et dimanche 2 octobre. Messieurs les Curés des paroisses recevront une affiche rappelant le nouvel an juif : nous espérons que cet outil contribuera à sensibiliser les assemblées chrétiennes.

Beaucoup d’initiatives sont possibles, ne serait-ce que présenter nos vœux aux Juifs que nous connaissons, rejoindre un groupe de dialogue… Le Service diocésain des Relations avec le Judaïsme se tient à votre disposition pour soutenir vos projets et répondre à vos questions.

Chanoine Philippe Asso,
délégué diocésain pour les Relations avec le Judaïsme

 

 

Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France,
a commenté ainsi les  intentions de prière
de notre diocèse :

« Je suis sensible aux deux expressions ‘ouverture concrète’ et ‘action commune’. (…)
Il est important que les Chrétiens ne voient pas les Juifs comme des personnages des évangiles, mais comme ils sont aujourd’hui. »


(JudaïCannes – Radio Chalom – 23.09.09)

 

Prière universelle

Samedi 1er et dimanche 2 octobre 2011


- Dieu de l’Alliance, nous te prions pour l’Église catholique et pour ses communautés paroissiales : que l’ouverture concrète à la rencontre des communautés juives soit source d’action de grâce, de fortification de la foi, d’inventivité dans l’action commune au service des hommes.


- Dieu de l’Alliance, nous te prions pour le peuple juif. Répand ta grâce sur tous les fils et filles d’Israël afin que, dans ce monde et au milieu de nous, ils accomplissent toujours davantage la vocation spécifique pour laquelle tu les as choisis : porter la Sainteté de Ton Nom et lui rendre témoignage

 

  Le diocése de Nice

 

SOURCES:  Site du diocèse de Nice   link

Repost 0
Published by mc - dans ACTUALITES

Présentation

  • : paroissesaintvincentdiacre.over-blog.com
  • paroissesaintvincentdiacre.over-blog.com
  • : Ce blog d'une paroisse catholique du diocèse de Nice souhaite être à votre service pour que vous y trouviez une information simple de la vie de notre communauté.
  • Contact

Recherche